Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 14:57
Appellons-la Claire, elle a 39 ans aujourd’hui, est mariée et mère de deux enfants. Elle travaille depuis dix ans dans un groupe agro-alimentaire du sud de la France, lieu de sa résidence.
En 2005, invitée par une amie, Claire et son mari assistent à un office évangélique. Claire a été baptisée, mais c’est bien tout. Elle ne connaît pas le christianisme, sinon par clichés. Dès l’abord, le contact est chaleureux et, charmée, Claire décide de revenir. Elle traverse à ce moment-là une phase d’interrogations métaphysiques et de remises en cause, la manière de dire et de faire des évangéliques lui semble être la réponse simple qu’elle attend.
Au bout de deux mois de fréquentations dominicales, Claire intègre un groupe de lecture de la Bible et remarque, petit-à-petit, le caractère minimaliste de cette lecture mot-à-mot. Elle décide alors de s’instruire en parallèle à partir de livres qu’elle s’achète.
Au bout de huit mois, Claire et son mari se voient proposé le baptême, le mari, déjà circonspect, demande à réfléchir, Claire décide de franchir le pas et est baptisée (« renée »).
C’est à partir de ce moment que Claire réalise petit à petit le travail de sape morale et intellectuelle qu’entreprend l’église. Elle est « chaleureusement » invitée à faire du prosélytisme. Au bureau, dans la rue, dans sa famille, chez ses amis… partout. Elle refuse, ce qui jette un froid.
Elle continue à fréquenter les séances de lecture.
A l’office cependant, elle constate que si beaucoup viennent, beaucoup ne reviennent plus. Il est vrai que les discours se suivent et n’en finissent pas de se ressembler. Les séances où le pasteur impose les mains à ceux qui souffrent afin de les soulager de leurs souffrances lui paraissent de plus en plus sujettes à caution et d’un goût douteux, tant il est vrai que les malades ainsi « touchés » répugnent à avouer qu’ils n’ont ressenti aucun mieux.
Il en va de même pour les références, sans cesse martelées, à une morale purement envisagée sous son angle sexuel. Les rappels incessants à une viriginité conservée « jusqu’au mariage » lui semblent obsolètes. Elle fait remarquer qu’il y a aussi d’autres problèmes moraux, comme la faim dans le monde, la disparité entre riches et pauvres. On lui répond que l’église ne fait pas de politique.
Lors d’une séance de lecture, elle se permet une interprétation d’un texte dont le fondement a été puisé dans une de ses lectures personnelles. Le pasteur intrigué lui demande sa source et rétorque, après sa réponse, que les sources « catholiques » ne sont pas autorisées ! Il l’invite à le consulter avant d’acheter quoi que ce soit comme documentation, ajoutant que l’essentiel se trouve dans la Bible, le reste n’étant « qu’écriture d’homme ». Rompez les rangs !
Ce comportement n’étonne pas Claire, elle avait déjà remarqué la phobie des évangéliques à l’égard des catholiques, égale sinon supérieure à celle qui les anime pour les  musulmans. De ces derniers, ils disent volontiers les détester, tout en invitant les fidèles à imiter leur zèle militant, même si l’équation : musulman = terroriste, est un axiome répétitif de leur enseignement.
Quant aux juifs, elle fut, dès l’entrée, surprise par l’anti-judaïsme à peine déguisé qui fait des juifs les « déïcides », le « peuple que Dieu a maudit », mais aussi le peuple que Dieu bénira quand il sera à nouveau réuni sur sa terre et qu’il reconnaîtra Son fils comme Messie et Sauveur. D’où leur sympathie agissante pour le sionisme.
Les choses s’aggravent en 2007 lors de la campagne électorale. L’église invite d’abord les fidèles à prier pour tous les candidats, puis, petit à petit, il devint évident que le candidat Sarkozy avait l’aval de l’église. La chose est confirmée lors de la visite de pasteurs américains qui, mettant les pieds dans le plat, déclarent que le meilleur candidat pour l’église est celui du rétablissement de l’ordre : Nicolas Sarkozy !
Les pasteurs américains venaient tous les deux mois faire un petit tour, parfois accompagés de fidèles. Ils tenaient le même discours que le pasteur français, mais en anglais traduit. Les fidèles d’outre-atlantique racontaient comment, d’alcooliques ou de toxicomanes,  ils étaient revenus à Dieu et « nés-de-nouveau ». Au bout de deux ans cela devenait lassant.
Lors d’une quête pour les habitants d’un village israëlien, victimes de rockets du Hamas, Claire proteste qu’elle veut bien donner à condition qu’une quête en parallèle soit faite pour les Palestiniens victimes des exactions israëliennes. On lui répond que l’église n’aide pas les terroristes.
Claire, n’apprécie pas mais continue sa recherche personnelle et  rencontre, sur ces entrefaites, un prêtre catholique, animateur d’un groupe de réflexion sur l’implication des laïques dans le message évangélique.
La goutte qui fit déborder le vase vint le jour où le pasteur, déçu que le mari de Claire ne se décide toujours pas pour le baptême, lui fit remarquer qu’entre Dieu et son mari il n’y avait pas photo.
En novembre 2007, Claire quitta l’église évangélique. Elle est aujourd’hui paroisienne d’une église catholique. De l’église évanglique elle ne retient que son caractère sectaire, inféodé aux donneurs de fonds américains, sans projet chrétien de justice sociale, une institution qui fige une morale et cristalise les strates sociales existantes. Rien de constructif, rien qui justifie l’espoir. De la poudre aux yeux. Ce fut pour elle le clic de sa vocation.
Après le clic, le clac !



Les églises évangéliques ne sont pas considérées, aux yeux de la Commission parlementaire française, comme sectaires.
Pas encore.
Je vous invite à adresser à votre député la supplique, dont exemple :

(Monsieur, Madame) le Député,

Je m’interroge sur les activités des églises évangéliques  de notre département.
Elles constituent une nébuleuse dont le dénonminateur commun est l’inféodation financière à leurs commettants des Etats-Unis.
Elles propagent une doctrine à propos de laquelle j’ai des raisons de croire qu’elle contrevient aux principes républicains et laïcs inscrits dans notre Constitution (notamment l’article 1).
Puis-je vous demander de diligenter une enquête de police ad hoc ?
Je vous prie de croire (Monsieur, Madame) le Député, à toute ma considération.

Signé avec adresse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires

Aurore 04/12/2015 13:45

Complètement caricatural, c'est pourtant une ex-évangélique qui vous parle.