Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 12:12

… et autre galipettes. C’est lun numéro de « Philosophie Magazine (N° 7 Mars 2007) qui m’inspire les lignes qui suivent.

Je m’imaginais, comme tous les braves gens, que sur le plan sexuel, tout est admis qui se passe entre adultes consentants. Eh bien, non ! La Cour européenne des droits de l’homme a considéré que les peines d’emprisonnement contre des adultes consentants qui s’adonnaient à des pratiques sado-masochistes sans autre but que le plaisir sexuel ne sont pas contraires au respect de la vie privée. Nous voilà avertis. Même chez soi, entre adultes consentants, il ne nous est pas permis de fouetter, humilier, dégrager, ligoter notre partenaire.

Il y a donc des limites à la liberté sexuelle.

Et depuis quelques années ces limites sont de plus en plus circonscrites. Prenons la pedophilie : en France, on peut désormais poursuivre au pénal un adulte qui, à l’étranger, a eu des relations sexuelles avec un partenaire ayant l’âge légal à l’étranger, mais pas en France (dans certains pays, l’âge de la majorité sexuelle est de treize ans). Le harcèlement sexuel, encore inconnu il y a quinze ans, est, aujourd’hui, un délit. La répression a pris de l’ampleur : 25% des détenus dans les prisons françaises répondent de crimes ou délits sexuels (à peine 4% aux Pays-Bas).

Comment peut-on justifier les limites à la liberté sexuelle ?

« Adulte » est une notion subjective. Il suffit d’avoir l’âge requis pour qu’un homme ou une femme soient supposés avoir conscience de la responsabilité que leurs actes engagent.

Cette conscience suppose aussi la possibilité intellectuelle de juger et jaucher leurs actes à l’aune de leur environnement. Pas évident, avouez-le.

« Consentants » : tout consentement implique une connaissance de ce à quoi on consent, ce qui, vous en conviendrez, dans une matière aussi éthérée que le sexe reste à prouver ;  ensuite, ce « sentir avec » est sujet à caution. Dans un registre aussi délicat, le consentement peut être donné sous une certaine contrainte amoureuse, dans le seul souci de plaire à l’autre et sans mesurer, ni même vouloir mesurer, les conséquences ultimes de ce consentement.

Il faut, dès lors, prendre en considérations quelques critères. Ce que fait le philosophe Ruwen Ogien lequel nous en propose trois.

Le principe de considération égale, celui qui consiste à accorder la même valeur à la voix ou aux intérêts de chacun.

Celui de neutralité à l’égard des conceptions du  bien personnel.

Et le principe d’intervention limitée aux cas de torts flagrants causés à autrui.

J’ajouterai, pour ma part, l’obligation qui nous est faite, de préserver notre diginité et celle d’autrui.

Si la préservation de la diginité d’autrui s’impose sui generis, je m’explique sur la préservation de notre diginité propre.

La diginité qui s’attache à tout être humain est un legs qui appartient à l’humanité tout entière.

Qu’un héritier de ce legs ne le préserve pas, cause dommage à l’ensemble des héritiers. Notre diginité d’être humain implique l’obligation qui nous est faite de respecter cette diginité chez les autres et en nous-mêmes.

Pour approfondir le sujet, je vous conseille la lecture de « Philosophie Magazine ».

Que tout ce qui précède ne vous perturbe pas dans vos ébats amoureux…

Vous m’en verriez confus !

 

15

 

 


  Exercice: appliquons nos critères à l'illustration ci-dessus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Philo
commenter cet article

commentaires