Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 07:51
J’hésite à employer le terme « ésotérique », il est tellement galvaudé ! On en trouve partout, la moindre boîte d’allumettes est prétexte à mettre ses proportions en correspondance avec celles de la Grande Pyramide. Il est devenu, par la force des choses, l’apanage de petits groupes mystérieux qui vous initient, paraît-il, aux arcanes de mystères connus d’eux-seuls et qui sont, bien entendu, hautement ésotériques.
Il faut cependant l’aborder sans préjugés.
Esotérique vient du grec « ta eso », les choses intérieures, en opposition à « ta exo », les choses extérieures.
J’y rattache la  différence entre apparence et apparition.
L’apparence, pour celui qui la perçoit, ne suscite aucune autre interrogation que celle du reconnaître ou de sa connaissance. L’apparence est ainsi, elle n’est pas autre que telle qu’elle se donne à mes sens. A moi de la décrire fidèlement et de la rattacher à ce que je reconnais déjà.C’est une démarche scientifique.
L’apparition est une apparence qui, en plus de son apparaître, suscite un questionnement sur son origine. D’où vient cette apparition ? Que nous dit-elle ? Quel est son sens profond ?
L’astro-physicien qui observe les étoiles, les étudie  telles qu’elles se présentent à son téléscope. Elles apparaissent à sa vue, il les décrit, les mesure, les… bref, il fait un travail scientifique, il n’interroge pas leur sens, il n’a pas à rechercher une nature occultée de l’étoile qu’il observe.
Dans la même optique, un théologien peut étudier un livre saint, le lire, en tirer l’enseignement qui s’en dégage à première vue et reposer ce livre.
C’est vrai aussi pour les philosophes. Ils peuvent interroger l’être, le néant, l’existence et construire leurs théories sans vouloir chercher le sens caché de l’être, du néant, de l’existence.
Ils ne le font plus car la philosophie, depuis le Moyen-Age, s’est retranchée dans l’observation des hommes et des choses en épousant un shéma quasi scientifique. C’est une conséquence, malheureuse, de la distinction imposée entre la théologie et la philosophie par
les Scolastiques, Saint Thomas d’Acquin le tout premier.
Et c’est ainsi que la philosophie est devenue, au fil du temps, une socio-philosophie tout comme la théologie s’est réduite  à une socio-théologie.
Or n’est-ce pas le devoir premier du philosophe que de se poser la question : qu’y a-t-il derrière ce qui m’apparaît ?
Certains l’on tenté : Heidegger par exemple qui, dans son approche de l’être à travers sa manifestation, le « da-sein »,  en est arrivé à donner un sens à ce qui n’en avait pas, en l’occurrence le néant. Il est allé si loin dans l’observation de l’être, à travers son apparaître, qu’il n’a pas trouvé les mots pour le décrire clairement et s’est retranché derrière les poètes.
Un autre philosophe, Gabriel Marcel, avait parfaitement compris ce drame de la défience de l’expression dès que certains atteignent des niveaux insoupçonnés de la connaissance.
Il y eut, avant eux, les kaballistes juifs et chrétiens.
Il y a encore, en islam, les  soufis, les shî’tes.
Est-ce pour autant qu’il nous faille renoncer ? Et ne voir dans une étoile qu’un astre et rien d’autre ? Et dans le soleil une boule de feu aux caractéristiques si brillamment décrites par nos savants ? Et ne dégager de la Bible, l’Evangile ou le Coran, que des récits historiques, des poèmes parfois sublimes et des considérations morales ?
Je ne le pense pas. Il est des jours où nous devons quitter les sentiers battus et découvrir de nouvelles routes, au risque de nous perdre, certes, mais se perdre alors, c’est une manière de se sauver. Qui n’a jamais été amoureux ne pourra le comprendre
!

 2.07Pic de la Mirandole
Pic de la Mirandole, kaballiste chrétien


Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires

Meba 30/06/2009 23:23

Merci pour cet article, en effet il faut pouvoir se perdre pour se retrouver, pouvoir désapprendre avant de se transformer.

Vous etes bienvenu sur notre nouveau forum:

http://www.cercle-histoire-et-spiritualite.net/le.forum/index.php