Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 11:44
"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar" * 

« Le point commun entre le marcheur et le philosophe : ils n’ont d’autre but que de cheminer. Comme l’écrit Jaspers, philosopher, c’est être en route. » (Christophe Lamoure dans Le Matin Dimanche, Suisse)

Je la trouve juste cette phrase, encore qu’on puisse me rétorquer : marcher pour quoi, vers où ?

Dans une société où il faut aller de plus en plus vite, trouver sans délai, voilà que le philosophe prône un petit bonhomme de chemin. Prendre son temps, réfléchir à l’aise en se promenant… ah ! les péripatéticiens !

Rien de plus antagoniste à la mode ambiante. On nous donne en exemple un Président agité, on confond joie de vivre et remous vains et rieurs. Le calme n’est pas l’antichambre de la mort, le silence est chapitre du solfège.

Aller où ? Eh bien, justement, il n’y a pas de destination.  On verra bien. Vous imaginez-vous dans une agence de voyage acheter un billet pour une destination inconnue. J’en connais qui relèveraient le défi, il en existe encore, mais combien ?

Aujourd’hui, on veut des assurances. Pour tout. La vie, la mort, les mains, les seins, et l’on en souscrirait même sur le conjoint, l’amour qui ne vient pas, qui s’en va, la pluie qui tarde et le succès aux examens.

Et puis, dites-moi, les gens veulent-ils aller quelque part ? Leur chez soi, leur conjoint, leurs mômes qui grandissent, quel dommage ! la petite bouffe, le petit coup, la petite extase du week-end, la petite retraite, les petites obsèques et le chrysanthème jaune du jour des morts.

Mort à crédit !

« Les gens ont l’impression qu’ils ne pourront plus changer le monde, alors ils préfèrent changer de canapé » (Alain de Botton, Le Figaro 21/09/07)

Et c’est plus facile le canapé… encore qu’un canapé conserve des souvenirs. Surtout chez Monsieur M. Proust, Marcel. Mais que valent encore les souvenirs dans un monde où il importe de tout recommencer à zéro ? On jette tout, on garde rien ! La vie comme emballage !

Plus facile, le canapé… le conjoint, c’est plus dur, la vie… parfois impossible.

Ah, il en faut pour changer le cours de son existence, cela ne se fait pas comme ça au bout d’un zinc, au troisième canon… la plupart s’en retournent chez eux en zigzaguant, oublieux, le lendemain, des serments de la veille… Et puis les gens ne veulent pas changer, ils sont indécrottablement conservateurs, petits-bourgeois comptables de leurs quelques malheureux deniers… de leurs rares instants de bonheur négocié.

Petites gens, petits bonheurs parfois, grands malheurs toujours…

Il en reste du chemin à parcourir pour atteindre ces rives lumineuses  dont parlent les poètes.

Vous me répondrez que les poètes rêvent tout haut et qu’on en a rien à…

Et vous aurez raison.

Il n’y a plus de poètes…

« Nous n’habiterons pas toujours ces terres jaunes, notre délice… »  (St John Perse)

2.01
* Antonio Machado: "Cheminant, il n'y a pas de chemin, le chemin se fait en cheminant"

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires