Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 19:04

 

« D'un Céline l'autre » chez Robert Laffont. Plus de mille pages de témoignages sur Louis-Ferdinand Céline, de son enfance à sa mort à Meudon en 1961, une véritable Bible pour les céliniens de tous poils. La personnalité de Céline, sans doute le plus grand écrivain français de tous les temps, s'y révèle géniale mais complexe et hors normes. J'y reviendrai.

Voici comment comment Robert Denoël, un éditeur de second plan, a réussi là où Gallimard hésitant, faisait lanterner Céline.

 

celine-l-autre.jpg

 

 

En 1932, Robert Denoël a 30 ans, il est Belge et installé à Paris depuis six ans où il a fondé une maison d'éditions « Denoël & Steel », ce dernier est son associé américain, il est aussi juif.

La maison s'enorgueillit du prix Renaudot de 1931, accordé à leur poulain Philippe Heriat et son roman « L'innocent ».

Le manuscrit du « Voyage au bout de la nuit » lui parvient enveloppé dans de vieux journaux et sans nom d'auteur. Dès les premières lignes l'éditeur réalise qu'il est face à un « bouleversant chef-d’œuvre », il passe la nuit à le lire, tout comme sa femme qui l'a rejoint et confirme sa première impression. Mais qui donc en est l'auteur ? Le lendemain, sur une boîte à chaussures qui a servi d'emballage et jetée à la poubelle ils retrouvent le nom et l'adresse d'une femme qui avait présenté un manuscrit à Denoël qui comptait le refuser. Par pneumatique Denoël l'invite à venir le voir, ce qu'elle fait quelques heures après. Elle commence par jurer ses grands dieux qu'elle ne connait pas l'auteur de ce manuscrit, et entretient longuement Denoël, de ses projets littéraire. Puis, au moment où ce dernier, au bout de toutes les patiences, allait renoncer, elle lui dit qu'elle se souvient de l'auteur, un médecin, son voisin, un type un peu fou et qui écrit tellement mal. Ils avaient la même femme de ménage et celle-ci avait laissé traîner chez le médecin cette boîte à chaussures à l'adresse de sa voisine. Il l'avait, sans plus utilisée pour y mettre son manuscrit et vogue la galère...

Bingo !

 

Robert-Denoel-1930.jpgRobert Denoël

 

 

Sur ces entrefaites, Steel, l'associé, est arrivé. Il est très francophile, quasi francisé, fort érudit et enthousiaste. Il y a cependant un hic: la maison d'édition a fait une mauvaise affaire récemment et n'a plus de liquidités. Alors, on fait quoi ?

Steel téléphone à sa mère, une femme riche qui vit quelque part entre New-York et Chicago. On l'imagine expliquer à sa maman qu'ils ont, Denoël et lui, déniché un immense écrivain et qu'il faut quelques dollars pour assurer sa promotion. Elle doit l'aimer, son fils, cette maman, car c'est « yes you can », et l'argent est là qui n'attend plus que l'auteur.

Céline, qui est encore le docteur Destouches, arrive le lendemain. L'homme est méfiant, Gallimard aurait bien publié son roman, mais à conditions de coupes, de révisons, de corrections etc... Et Céline, mauvais caractère, a superbement refusé. Denoël, lui, n'a pas ces réserves. Céline signe..

Et voilà comment le futur pamphlétaire de « Bagatelles pour un massacre » et « L'école des cadavres » a été lancé avec de « l'argent juif » !

Quelques heures plus tard, Gallimard informe Céline qu'il lève toutes ses objections. Mais Céline n'a qu'une parole. Le refus de Céline fut la grand erreur de Gallimard, qui se rattrapera après la guerre et l'assassinat de Robert Denoël.

Céline n'aura pas le prix Goncourt, l'histoire de ce prix manqué est relatée dans tous les détails.

Le roman, sans Goncourt mais avec le Renaudot, fut un immense succès, une révélation littéraire comme il ne s'en voit que quelques unes par millénaire

Gallimard, quelques mois après, aurait proposé à Denoël de racheter sa maison d'édition, et devant le refus du Belge, l'aurait menacé de faillite.

Steel se sépara de Denoël après la parution du pamphlet antisémite « Bagatelles pour un massacre », ce que l'on peut comprendre. Inquiété après la libération, Denoël fut assassiné. On n'a jamais retrouvé son assassin.

 

 

celine-et-arletty-a-meudon-jpg.jpg

 1958, Céline et Arletty à Meudon.

Cette dernière fut accusée d'avoir eu un amant allemand durant l'occupation.

A  son procès elle déclara: monsieur le Président, mon coeur est français, mais mon cul international !

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires