Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 09:20

 

connoisseur-by-norman-rockwell.jpg

 

"Connoisseur" par Norman Rockwell

 

 

Ce n’est pas toujours facile d’aborder le terrain du « sacré » et encore moins celui du texte sacré.
D’autant plus que la tendance actuelle chez certains secateurs religieux, est de s’en tenir au « Livre Saint » sans aucune référence extérieure et en niant la valeur de l’exégèse. On est loin des kabbalistes qui passaient leur vie à décortiquer la moindre lettre de la Torah, loin des exégètes shî’ites qui traquent le sens ésotérique du Coran.
Aujourd’hui, c’est plutôt le télé-évangéliste qui vous assène à la manière d’un coup de massue que : « La Bible a réponse à tout !»
Alors, c’est quoi un « texte sacré » ?
C’est d’abord un texte, c’est-à-dire la retranscription par la main de l’homme, d’une parole.
Un texte est composé de mots. Ces mots sont écrits par des mortels qui, par définition, ne sont pas parfaits. Comment peuvent-ils, sans plus, retranscrire une parole considérée comme divine, c’est-à-dire parfaite ?
Cela signifie que les mots d’un texte, même sacré, doivent être approfondis.
Et que cet approfondissement du mot ne peut aboutir qu’au bout d’une révélation personnelle.
Cette révélation, ce n’est pas un éclair fulgurant qui, tout d’une coup et par la magie de je ne sais quel sortilège, illumine le mot. C’est, au contraire, un long mûrissement opéré au terme d’une étude et d’une coexistence avec le mot. Et en fin de terme, le mot peut se muer en parole. Cette parole qui est l’expression du mot.
Ce processus peut se faire tout seul, il peut aussi se faire avec l’aide de maîtres, d’exégètes qui font « souffler l’esprit ».
Car tout notre propos est là : qu’importe le mot, c’est l’esprit qui compte !
Il faut souvent plus d’une vie pour pénétrer le mot et en extraire la sublime quintessence. Parfois, le mot reste désespérement stérile.
La tentation est grande alors de prendre le mot « à la lettre ». C’est ce que font les fondamentalistes. Tous les fondamentalistes.
Ce sont eux qui font d’une croyance un code social, politique, moral et rien d’autre…
Quel dommage, quelle erreur !
L’essence d’un mot, c’est l’étude qui peut la trouver, mais aussi la méditation, la remise en cause, jour après jour, de ce que l’on croyait acquis une fois pour toute.
Belle leçon d’humilité.
Plaignons tous ceux qui, aveuglés par le texte, ignorent l’esprit qui l’anime, ils sont semblables à un figuier stérile.
Et méditons sur la grâce qu’apporte la Parole à travers le mot.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires