Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 13:46
tsitsanis


La Grèce n'est plus qu'un « karavi tsakismeno », un bateau échoué, brisé par les récifs de la finances, il va couler et les tourbillons de ce naufrage se propageront en turbulences dévastatrices un peu partout dans l'espace méditerranéen.
Mais revenons sur le cas grec. 
La Grèce n'est pas en Europe, tout en se réclamant de sa naissance. C'est le premier paradoxe d'une longue suite. Les Grecs se sont toujours considérés comme particuliers. La France, l'Allemagne, c'était « stin Evropi », « en Europe », comme si leur pays ne l'était pas.
Ils n'avaient pas tort. La Grèce se situe plus à l'Orient qu'à l'Occident. Elle soupire vers le Proche-Orient et cette Anatolie qui fut si longtemps sienne et dont le souvenir lui déchire encore le coeur.
Le Grec est plus nationaliste que patriote, et, paradoxe de plus, pratique une xénomanie quasi névrotique. Ce qui est bon vient de l'étranger, mais « l'aristos » est grec. Cet étranger que l'on admire, où l'on va, mais, après tout: « anathema se xenitia !», que l'anathème soit sur l'étranger !
Il se tourne vers son passé, mais ne veut pas savoir qu'il n'en que l'héritier indirect: pas plus héritier de Platon et d'Aristore que les Français, les Syriens ou les Allemands. Fils de Byzance peut-être, mais reconnu ? Autre paradoxe.
Il y a de longues plaintes monotones dans ce « rebetiko » qu'aujourd'hui, à l'heure de la techno,  bien peu reconnaissent encore; ce « rebetiko » né au Pirée d'un « tsifteteli » turc et d'une prostituée macédonienne, charriant sous des fragrances de raki et de hachich toutes les angoisses du présent et du passé.
Les masques sont tombés. Le Grec n'est pas un « trader » de la place de Londres, ni un fonctionnaire de Bruxelles, encore moins industriel allemand ou commerçant de Rotterdam. Il est lui-même, fils illégitime de Péricles et de Constantin, Ottoman malgré lui, mâtiné de slave et d'albanais, partagé entre un Occident qu'il méprise mais l'envoûte tout à la fois.
Croire que les mesures prises par la dynastie Papandreou sauveront le bateau ivre est une illusion, celles de la dynastie Caramanlis ne valent guère mieux que les autres, prônées par les Mitsotakis.
Il ne restera aux Héllènes que de revenir à leur place. Ce strapontin coincé entre l'Occident et l'Orient et rêver d' amériques et d'europes qui sévaporent en fumées évanescentes comme celles des narguilés.
Cette Europe des bâtiments sinistres et gris de Bruxelles, dont les couloirs sont traversés par des zombies,dossiers sous des bras blêmes, ne les fait plus rêver; elle est l'uniformité glauque, la plume sèche du juriste qui étrangle la verve du poète et du visionnaire.
Après ce désastre, autre « megali catastrophi », il ne restera qu'à se retrouver soi-même, exsangue mais vivant, comme ce Christ à Pâques qui « anesti ek nekroon »  (ressuscité des morts ), réjouit ceux qui sont dans les tombeaux.
Et ceux qui sont dans les tombeaux, ne sont pas toujours ceux qui se croient vivants !

« Sinefiasmeni kiriaki » dimanche nuageux, composé par le légendaire Vassilis Tsitsanis, aède d'un  « rebetiko » homérique. Je l'ai vu et entendu, il y a cinquante ans, dans sa taverne du Pirée, où des musiciens de génie côtoyaient des femmes fardées qui flattaient de vieux riches et cassaient des assiettes sur la piste de danse. Des hommes sombres  y tournoyaient inlassablement au son d'un rythme triste et captivant.

« Sinefiasmeni kiriaki, miasis me tin kardiamou
pou ehi panda sinefia
Christe kè Pa
Christè kè Panagiamou... »

« Dimanche nuageux
tu ressembles à mon coeur
plein de nuages
Christ, Christ,  ma Sainte Vierge... »

Et, en prime, cet extrait du film légendaire de Kostas Ferris: "Rebetiko". "Aman, aman" (c'est du turc, qui signifie plus ou moins " Mon Dieu, mon Dieu"...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires

olive 13/03/2010 15:38


Le fossé entre les élites et la population est trop important.
Les richissimes grecs vivent, pour la plupart, à l’étranger et la classe politique est corrompue au maximum.

La Grèce ne peut plus être considérée comme berceau de l’orthodoxie, ce titre revient de droit aux serbes, pour leur résistance sinon à l’Ukraine ou à la Russie.

L'Allemagne accorde 30 milliards à la Grèce, il manque 100.
C’est au peuple grec de retrouver ses racines et assainir leur monde politique, j’espère qu’ils sauront le faire.

En chantant des chansons mélancoliques, les grecs ont trouvé la tristesse dans leur vie.


Radase Sauvé des eaux 09/03/2010 21:31


Puisque cher Candide, vous voulez rester masqué & vous pratiquez la censure, je vous laisse libre de vos choix & de votre esprit critique, cela dit chacun fait ce qu'il veut chez-lui...

Je persiste & signe en trouvant votre vision de la Grèce douteuse.
En effet cet idéal "orientaliste" & bien loin des réalités locales hyper-nationales & viscéralement anti-turques.
Ma présence en ce pays lors de sa fête, nationale m'a choqué.
De plus, j'ai eu l'occasion de rencontrer une personne du sérail Papandreou, je ne l'ai pas trouvé particulièrement ouverte sur le monde, j'y ai plus vu nation sclérosée en fin de course mais qui
préférera couler pavillon-haut dans ses contradictions que tout autre point, elle est à l'image de la désagrégation Balkanique...
Pour le reste je vous laisse à votre conscience
radase sauvé des eaux


candide 07/03/2010 11:09


Un lecteur qui a signé "radase sauvé des eaux" m'a interpellé par mon prénom. Je n'aime pas ça ! Ici je suis Candide et personne d'autre. J'ai donc effacé le commentaire.
Mais, je réponds.
Mon discours n'est pas anti-grec. Il est tout simplement grec. C'est -à-dire ambigu , se situant dans un ailleurs qui déconcerte.
Les Grecs que j'aime, ce sont ceux dont parle le Rebetiko, ils ont le regard vers l'Orient, le dos à cette Europe qui ne leur dit rien, ils écoutent les mélopées orientales, fument le narguilé,
boivent du raki, aiment les femmes tout en s'en défiant, savent que la vie est éphémère et que la mort est aussi une amie et puis à quoi bon ?...
Quant à l'autre discours... je ne vois pas ce qu'il veut dire...


Francine C 06/03/2010 14:05


Efkaristo para poli Kyrios Candide pour vos ressentis et le rebetiko... Gémissons...mais Espérons que la Grèce profonde résiste à ce maeström et n'y perde pas son âme.
Francine C