Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 09:08

09.02.jpg

 

 

Le règne des sophistes !

Ce n'est pas la première fois que nous utilisons cette image, tant il est vrai que ce qui nous reste de société baigne dans la confusion des esprits et des valeurs.

En voici quelques exemples, ils ne sont pas limitatifs, loin de là.

L'égalité :

ou la conviction que nous sommes tous égaux, qu'il n'existe pas d'échelle de valeurs applicable aux hommes, qu'il n'y a pas de « supérieur » et « d'inférieur », mais rien que des « citoyens » égaux en droits et en devoirs.

C'est faux !

Si sur le plan ontologique nous sommes tous égaux, sur tous les autres nous différons. Il y a, ne nous en déplaise, des hommes et des femmes qui sont plus intelligents, beaux, talentueux et charismatiques que nous. Qui nous sont donc supérieurs.

Atténuons cependant notre jugement : il n'y a de supérieur que si, en face, se trouve un inférieur. La reconnaissance de l'un et de l'autre implique le partage. Le supérieur ne l'est que s'il « partage » sa supériorité avec l'inférieur. Mieux, la lui donne ! Et il n'est supérieur que dans la mesure où l'inférieur le reconnaît comme tel.

Il fut un temps où, à l'école, il y avait un premier de classe. Un temps aussi où l'instituteur, le professeur étaient respectés.

Saint Irénée de Lyon a écrit cette phrase magnifique : « Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu ». Le supérieur véritable aspire à la véritable égalité, non pas celle qui se fait par le bas, mais qui hausse le bas vers le haut.

Les femmes :

les femmes ne sont pas égales aux hommes et, parallèlement, les hommes ne sont pas égaux aux femmes. On ne compare pas l'une avec l'autre, comme on ne compare pas une poire à une pomme.

La femme a sa spécificité propre, sa psyché comme sa physiologie veulent qu'elle soit faite pour porter des enfants, les élever et être gardienne du foyer. C'est une tâche particulièrement importante que le modernisme ambiant a dévalué avec les conséquences que l'on sait car un foyer sain, c'est une assurance de société plus saine.

Les conséquences de cette dévaluation du rôle naturel de la femme sont catastrophiques. La démographie en Europe et en Amérique du Nord est en chute libre. L' Union Européenne perdra cent millions d'habitants d'ici la fin du siècle . En 2050, un habitant sur deux en Europe occidentale sera de souche extra-européenne. L'intégration des immigrés de seconde ou troisième génération à nos valeurs inspirées du christianisme et des Lumières étant ce qu'elle est, nous n'hésitons pas à parler de risques réels de guerre civile.

Le nombre des avortements ne cesse de croître. Rien qu'en France 200.000 en 2009 !

L’avortement consiste, tout le monde le sait, à supprimer un organisme vivant indépendant de l'organisme porteur. Cette suppression porte un nom !

On peut se poser la question : la femme occidentale veut-elle encore enfanter ?

Responsables de ce désastre moral et sociétal, les doctrines féministes qui, sous couvert « d'égalité » et de « parité » (des sophismes), prônent une démission de la femme face à ses responsabilités et un envahissement de la sphère naturelle des hommes.

Le féminisme, pour reprendre l'expression d'Otto Weininger dans « Sexe et Caractère » est, en fait, un « hermaphrodisme » qui veut que la femme devienne un homme tout en restant une femme.

Troisième et amère constatation :

La pensée est muselée !

Vous êtes tous priés de penser « comme il faut », c'est-à-dire sacrifier à la doxa générale et imposée.

Pas question d'emprunter des chemins de traverses !

Ce que vous venez de lire est déjà suspect, si vous l'ébruitez, des apostrophes vous attendent qui vous rangeront dans le clan des marginaux de gauche ou de droite, voire des nostalgiques d'un ordre révolu (paraît-il).

Remettre en cause des vérités toutes faites et ordonnées par tous les pouvoirs, c'est s'exposer aujourd'hui à l'ostracisme public voire à des sanctions pénales .

Il y va de ces lois qui, un peu partout en Europe, interdisent d'étudier, et donc de réviser le cas échéant, les événements qui virent le massacre des Juifs durant la deuxième guerre mondiale. Cette interdiction consacre le pouvoir donné aux politiques de « dire l'Histoire », alors que c'est le travail des historiens que des lois et règlements réduisent au silence. C'est insupportable !

Il y va aussi de cette démocratie dont on nous assure qu'elle est la poutre maîtresse de notre système politique.

A les croire, la démocratie consiste à faire voter le peuple une fois tous les cinq ans et puis baste.

La démocratie athénienne qui se déclinait sur un espace géographique réduit, était réservée à certaines catégories de citoyens qu'elle faisait activement participer à son fonctionnement.

Nous pensons aussi que l'exercice de ce privilège ne peut se faire que dans un espace limité, comme celui d'un canton suisse par exemple, et qu'il suppose la participation active de tous les citoyens.

Ce qu'on nous présente comme « démocratie représentative » est une déviance de l'esprit démocratique de l'Athènes antique. Un avis qui n'oblige que s'il conforte le système en place.

La preuve : les politiques européens ne s’embarrassent guère de sentiments quand il s'agit de réformer des référendum qui ne consacrent pas leur agrément. Des pays comme l'Irlande, la France et, récemment, la Grèce en savent quelque chose.

Là aussi, démocratie et sophisme deviennent synonymes.

Nous pourrions encore longtemps gloser sur ces dérives, sémantiques ou non, qui font le malheur de nos temps.

La notion de « liberté » qui est toujours celle de celui qui s'en prévaut et rarement celle des autres qui la subissent.

La « tolérance » qui devient sœur du laxisme.

Mais, plus grave encore, est cette conviction qui, petit à petit, envahit les esprits, et qui veut que, dans le fond, toutes les opinions sont respectables pour autant, bien entendu, qu'elles s'inscrivent dans le cadre de celles qui confortent la doxa générale et imposée

La première victime de cette décadence est l'esprit des humanités. Nous ne vivons que dans une société de techniciens, de zélateurs de la technicité. Un monde où l'ordinateur pense et l'homme l'assemble et le répare. Un homme voué non plus à la connaissance, mais à la performance, un acteur, sans plus, d'une croissance économique qui englobera – quel sophisme de plus ! - sa sphère culturelle.

Un homme qui croira que la vie ne peut être qu'heureuse, que ce bonheur est même un droit, alors que la vie n'est ni heureuse, ni malheureuse mais une succession de l'un et de l'autre et qu'au bout il y a, inéluctable, la mort.

Mais de celle-là, on ne lui parlera guère...

Elle pourrait le rendre conscient !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires

Vertuchoux 28/04/2014 19:18

Bonjour
Belle initiative que ce blog, que je découvre par hasard, et qui n’a pas la chance d’être très parcouru apparemment.
Ma première remarque est pour exprimer ma joie de lire le très explicite commentaire de RY. Je rêve d’un site aussi riche en développements de qualité, c’est le cas dans cet article, et en
commentaires que je trouverais intelligents, qu’ils soient pour confirmer, infirmer ou relativiser. C’est le cas ici. Et ça me donne envie d’enchaîner.
Go !
Concernant l’existence de l’égalité, je me demande si quelqu’un de sérieux a pu penser une chose aussi bizarre en dehors du cadre où elle est préconisée. Mais si elle est très embryonnairement
réalisée par la force de la loi dans les pays assez vaniteux ou menteurs pour se proclamer démocratiques, c’est qu’elle correspond à un idéal qui a rencontré assez d’énergie pour trouver un début
de concrétisation. Uniquement bien sûr dans le domaine de l’organisation sociale, que tend à assurer le tissu légal, et tant mieux pour moi car il aurait fallu me couper quelques centimètres pour
que je corresponde à une taille qui serait la même pour tous.
La notion d’échelle de valeurs est l’indice de la propension humaine à hiérarchiser en termes de supérieur et inférieur. En fonction du contexte, un trait caractéristique sera une supériorité dans
un cas, une infériorité dans l’autre. Mesurer 2m12 donne une supériorité à un basketteur, et condamne un jockey de vocation à se réorienter dans une autre activité. Ces notions
(supériorité-infériorité) sont donc mouvantes, et variables selon les cultures. Elles restent pourtant très agissantes dans nos rapports humains, mais nous avons l’exemple de personnes qui
acceptent la norme, qui la refusent, ou qui s’en moquent délibérément. Dans cette dernière attitude réside la notion de liberté. Agissantes ou pas, la décision appartient grandement à celui qui est
concerné, et selon la position adoptée, le vécu sera très différent.
Je dirais avant de passer à un autre point que l’échelle des valeurs me semble être une invention nécessaire, typiquement humaine, qu’il serait souhaitable de voir universelle, et qu’elle est loin
d’être construite collectivement. Si je compare l’humanité et l’homme, je pense que l’homme n’est qu’un bébé qui croit (et croît sans doute mais c’est très lent) encore qu’il ne fait qu’un avec sa
mère, la Terre étant la mère de l’humanité. Si ce bébé ne tombe pas de son berceau en jouant avec son hochet préféré (bombe atomique), il sera, disons dans 2000 ou 8000 siècles, ou plus, un jeune
adulte capable de savoir ce qui est bon pour lui, et les autres.
Comme le dit Luc Ferry, on ne touche pas aux vaches sacrées, alors je fais impasse sur la confusion féminine et le mal-être qui en découle mais j’avoue une sympathie/adhésion pour le contenu de
l’article à ce sujet. Je préfère que ce soit son auteur qui soit traité de macho.
Sur la troisième et amère constatation, je déplore effectivement le prêt à penser, le politiquement correct, la pensée unique, la bien-pensanterie, mais surtout le détrônement de la pensée par la
croyance.
J’ai finalement conclu, après avoir émis l’hypothèse que nous n’étions pas en démocratie mais en aristocratie, que je me trompais complètement. Nous sommes bel et bien en démocratie. En allant
voter, l’électeur avide de se faire croire qu’il a une conscience citoyenne abandonne en toute conscience le soin de se faire plumer à un professionnel du déplumage. Le bulletin déposé dans l’urne,
l’électeur est tranquille pour 5 ans et libre de suivre à loisir les milliardaires du ballon rond en buvant sa bière devant la télé. Normalement ça calme les velléités citoyennes, mais quand ce
n’est pas suffisant pour réduire la dissonance cognitive née du manque d’implication dans la vie collective, on peut se regrouper en association, écrire beaucoup, et surtout continuer à ne rien
faire, comme par exemple les Citoyens Constituants. Le comportement étant le vrai langage, l'électeur s'est exprimé. Démocratiquement déplumé...
Le règne des sophistes a encore de beaux jours devant lui.
Déjà, confondre Liberté et caprice, et se faire croire que tolérance et Respect sont synonymes, c’est confondre le diable et Dieu.
Je voudrais bien créer l’association de ceux qui refusent la sophistique, mais il faut l’effectif suffisant pour pourvoir le bureau d’une association…

Ry 30/12/2011 19:16

Bonjour,
je viens de découvrir votre blog, dont j'aime bien le ton. Mais puisque les critiques sont plus facilement constructives que les louanges (du moins je le crois), en voici une. Vous écrivez "Et il
n'est supérieur que dans la mesure où l'inférieur le reconnaît comme tel".
Cela est faux, en toute logique, et il est facile d'en faire l'expérience. Prenons votre cas, vous avez une grande culture littéraire et philosophique, comment un "inférieur" dans ce domaine
pourra-t-il reconnaître votre supériorité ? Il pourra se dire intellectuellement que vous êtes supérieur parce vous lui semblerez dire des choses qu'il ne comprend pas, mais il n'en aura aucune
connaissance valide, c'est-à-dire réelle. C'est par définition impossible. Pour savoir ce qui fait précisément votre supériorité il devrait connaître ce que vous connaissez, que par définition il
ne connaît pas.
Cette distinction entre connaissance intellectuelle et connaissance réelle peut sembler de peu d'importance mais en réalité elle est fondamentale. Elle nous permet de déduire que les plus puissants
génies de l'humanité sont possiblement restés inconnus, car pour qu'un génie soit reconnu, il faut qu'une partie de son oeuvre soit comprise. Mais on peut postuler l'existence de personnes qui
étaient tellement au-dessus des intellectuels de leur temps qu'ils ont finalement été méprisés.
J'en parle parce que j'ai un ami qui a fait profession de les détecter en écumant les bibliothèques, et il nous a semble au final que certains auteurs étaient injustement méprisés du fait même de
l'immensité de leur culture et de la complexité de leurs processus intellectuels, par exemple Fabre d'Olivet, qui connaissait une cinquantaine de langues et qui a longuement disserté sur la science
étymologique. Il a également écrit une histoire du genre humain absolument passionnante et qui vous plairait certainement si vous ne la connaissez déjà, mais tous les esprits "savants" le prennent
pour un idiot.
J'en reviens à mes moutons. Si vous êtes réellement expert dans un domaine, vous vous rendez facilement compte que moins les gens en savent, moins ils conçoivent votre niveau réel d'expertise, et
que ceux qui vous louent le font souvent à mauvais escient, pour de mauvaises raisons. Parce qu'ils ont été convaincus d'une manière ou d'une autre de votre savoir, mais en réalité ils n'en savent
à peu près rien.
Bref, il n'y a que le supérieur qui puisse se reconnaître lui-même, ainsi que ses pairs. L'inférieur lui permet en revanche de transmettre son savoir.
En espérant ne pas vous avoir fatigué.

eve 24/11/2011 15:49

vos thèmes sont tres intéressant,j´ai fais un grand tour et la lecture de vos écris me passionne bonne continuation