Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Candide
  • Le blog de Candide
  • : Penser l'actualité, le quotidien et l'histoire sans a-priori et avec un esprit critique.
  • Contact

Texte Libre

Gilles Deleuze

"Tout philosophe s'enfuit quand il entend la phrase: on va discuter un peu."
(Qu'est-ce que la philosophie ?)

Recherche

Archives

Liens

2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 08:47


Céline.jpg

 

 

Pitié pour les puissances liguées. Depuis ce matin, la voix de Céline les écrase, cette voix formidable qu'on a voulu étouffer sous les cendres et qui va résonner jusqu'à la fin des temps.

(Kleber Haedens dans Paris Presse, 1er juillet 1961)


La France aurait dû commémorer le cinquantième anniversaire de sa mort, celle du plus grand écrivain du XXem siècle. Elle ne le fera pas. La volonté d'un lobby et la pusillanimité des politiques ne l'a pas permis. On s'en fout ! Céline transcende toutes ces viles médiocrités, sa voix demeure, hurlante comme une sirène au milieu des décombres.
Aujourd'hui, pas de lignes vaines et creuses, comme elles le sont si souvent dès qu'il y va du génie. Quelques citations, des photos, et le recueillement...

 

Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l'or et devant la merde !... Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie, comme aucune foule n'eut jamais dans toutes les pires antiquités... Du coup, on la gave, elle en crève... Et plus nulle, plus insignifiante est l'idole choisie au départ, plus elle a de chances de triompher dans le cœur des foules... mieux la publicité s'accroche à sa nullité, pénètre, entraîne toute l'idolâtrie... Ce sont les surfaces les plus lisses qui prennent le mieux la peinture.
(Bagatelles pour un massacre)

 

J'ai toujours eu le mépris parfait des maquereaux pour les clients avec leurs queues toujours à la main et le madrigal aux lèvres, l'idiote espèce ! porcs sentimentaux - En parler est une bonne raison de rigoler et de bander. " Parler d'amour c'est faire l'amour prétendait Balzac". D'où peut-être toute cette littérature prêchi-prêcha du cul anglo-saxonne - (...) Rigolons cher Hindus ! " (Lettre à mon ami Milton Hindus)

 

Il n'est pas question vous le pensez bien que je rentre pour me justifier ! J'ai payé déjà bien trop cher mon espèce d'asile ici ! A peine à Paris ce serait la levée de toutes les "mères de Buchenwald" ! les hachés d'Auschwitz ! etc...pour réclamer ma mise à mort - vingt témoins pour déclarer que j'étais la maîtresse d'Hitler etc...le fait d'avoir été à Sigmaringen suffit pour 20 ans de prison ! NON ! Pas question ! " (Lettre à son avocat, Me Albert Naud)

 

Le petit succès de mon existence c'est d'avoir tout de même réussi ce tour de force qu'ils se trouvent tous d'accord, un instant, droite, gauche, centre, sacristies, loges, cellules, charniers, le Comte de Paris, Joséphine, ma tante Odile, Kroukroubezeff, l'abbé Tirelire, que je suis le plus grand ordure vivant ! De Dunkerque à Tamanrasset, d'URSS en USA..." (Nord)


Faut dire...je serais d'une Cellule, d'une Synagogue, d'une Loge, d'un Parti, d'un Bénitier, d'une Police...n'importe laquelle !...je sortirais des plis de n'importe quel "Rideau de fer"...tout s'arrangerait ! sûr ! dur ! pur ! ...d'un Cirque quelconque !...comme ça que tiennent Maurois, Mauriac, Thorez, Tartre, Claudel !...et la suite !...l'abbé Pierre...Schweitzer...Barnum !...aucune honte !...et pas d'âge ! Nobel et Grand Croix garantis ! " (Casse Pipe)

 

Et cette phrase, magnifique ! la dernière du « Voyage au bout de la nuit »

De loin, le remorqueur a sifflé; son appel a passé le pont, encore une arche, une autre, l'écluse, un autre pont, loin, plus loin...Il appelait vers lui toutes les péniches du fleuve toutes, et la ville entière, et le ciel et la campagne et nous, tout qu'il emmenait, la Seine aussi, tout, qu'on n'en parle plus.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Candide
commenter cet article

commentaires

olive 08/07/2011 16:08


Il est vrai qu'on défend le mieux ce qui nous concerne et on ne peut exprimer, décrire correctement que des histoires de notre vie.